Le Jardin

Mon joli territoire

Je cultive sur un terrain de 5000 m² depuis 2009. Il se situe au nord de la  ville à trois kilomètres dans le quartier de Truchard, historiquement en bio…  depuis toujours, au pied des belles falaises du Glandasse !

Vue générale du jardin d'artémise

  La parcelle est bordée de bois et j’ai régulièrement la visite des chevreuils et sangliers qui, sous l’oeil d’Artémis (déesse de la nature sauvage et de la chasse), se baladent en respectant les cultures. Nous vivons en harmonie depuis 5 ans sans clôture !

 

 

De belles cultures

lavandin_2012 La partie la plus éloignée et non irriguée regroupe les aromatiques : sarriette des montagnes, lavandin grosso, romarin 1,8 cinéol et la sauge officinale.

Je commence par la récolte du romarin en fleurs courant avril puis la sauge officinale vers la fin mai. Ce n’est qu’en juillet que je récolte le lavandin et en août c’est la sarriette qui refleurira encore jusqu’en octobre : je laisse les dernières fleurs aux abeilles pour leurs réserves hivernales…

 

 

 

camomille_2012

Au milieu, appuyées par des mini asperseurs, je cultive la menthe poivrée, la menthe verte, la mélisse, l’échinacée pourpre, la camomille romaine qui sont des vivaces mais qu’il faut déplacer tous les trois quatre ans.

 

echinacea_papillon_2012

 

 

Mélisse

 

 

 

 

 

 

bleuets

 

 

 

J’y fais pousser aussi des cultures annuelles de bleuet et de soucis des jardins

 

Rose-de-damas

 

 

 

Les rosiers (roses de Provins, trois variétés de Damas : tringitipetala, rose de Rescht et Salet) , les cassis, la consoude sont irrigués par du goutte à goutte.

 

Sous la serre, je m’occupe des verveines citronnées et des géraniums rosat qui n’apprécient guère les hivers rigoureux du Diois !

 

 

De la cueillette…sauvage

Sur la parcelle et aux environs, je fais de la cueillette sauvage pour le millepertuis, le mélilot, l’origan vert, la carotte sauvage (« ma plante-soeur » !!)

Je vais rendre visite à mes copains paysans pour cueillir la prêle des champs, l’achillée millefeuille, la coriandre, le laurier.

Je m’évade sur les hauteurs du Diois pour glaner la lavande sauvage.

 

Le calendrier des travaux des champs !

De mars à juin, je sème, plante et désherbe. Je remets le système en place ( nettoyage des sources, système d’arrosage, contrôle des outils,…)

De juin à septembre, je désherbe encore et je récolte, je récolte, je récolte

De septembre à novembre, je rattrape le retard et prépare pour laisser les plantes se reposer l’hiver : apport de compost pour les plus gourmandes, tailles, semis d’engrais vert pour les rotations, débroussaillage des abords, etc…

Depuis 2016, Anatole, le mulet et Eliane viennent travailler le terrain : au printemps pour le binage et à l’automne pour préparer la terre pour la saison suivante. Quel plaisir de travailler avec eux : en marche tranquille, sans moteur !

 

 

Jamais seule…

Une faune extraordinaire habite ou survole la parcelle. Son intensification en quelques années me rend très fière de participer à cette biodiversité dont on parle tant : la vivre est une joie quotidienne !

Lavandin butinéCoeur de rosePapillon Plzin lzq pattes